Séminaire européen EuroLIO 2012

 

          Le premier séminaire Européen sur la Géographie de l'innovation s'est déroulé au Centre des Congrès à Saint-Etienne du 26 au 28 janvier.
          Organisé par EuroLIO, dont le GATE-LSE est le chef de file, il a réuni plus de 170 participants venus de toute l'Europe et des Etats-Unis.
 

 

 

 

Le jeudi, la conférence de Philippe Aghion (Université de Harvard) a mis en évidence l'importance des dimensions régionales dans les stratégies de croissance et d'innovation. La session plénière du vendredi a également été particulièrement appréciée avec les allocutions de Maryann Feldman (Université de Caroline du Nord) et David Audretsch (Université d'Indiana) sur les déterminants localisés des capacités scientifiques et entrepreneuriales. Dans les sessions parallèles, ce sont au total 77 papiers qui ont été présentés.

Chaque journée a été clôturée par une table ronde afin de confronter les regards des universitaires, des acteurs publics et des organismes producteurs de données sur la question des indicateurs, de l'évaluation des politiques publiques et des stratégies régionales en Europe. 
 
Les présentations et les échanges qui ont eu lieu à l'occasion des sessions plénières, des sessions parallèles et des tables rondes ont été de très bonne qualité. Les dizaines de messages reçus la semaine dernière attestent de la très grande satisfaction des participants et de la réussite scientifique de cette manifestation qui répond à une véritable attente de la communauté scientifique de ce domaine. Dans un prochain numéro nous vous présenterons les publications collectives qui seront issues de ce colloque. Par ailleurs, et afin de renforcer la dynamique créée par ce premier séminaire sur la géographie de l'innovation, les membres du comité scientifique ont convenu d'une organisation régulière de ce séminaire européen tous les deux ans. Le lieu du prochain séminaire, en 2014, est déjà  choisi. Il s'agit de l'Université d'Utrecht, Ron Boshma étant le principal organisateur.

 

Comité d'organisation

 

Membres français d'EuroLIO & staff:

  • Corinne Autant-Bernard (University of Saint-Etienne, France)
  • Valérie Bonvallot (INIST, France)
  • Christophe Carrincazeaux (Bordeaux IV University)
  • Sylvie Chalaye (EuroLIO, France)
  • Florent Fayeaux (EuroLIO, France)
  • David Frachisse (EuroLIO, France)
  • Danielle Galliano (University of Toulouse, France)
  • Selin Hazir (University of Saint-Etienne, France)
  • Jean-Alain Heraud (University of Strasbourg, France)
  • Caroline Hussler (University of Strasbourg, France)
  • Rachel Levy (University of Toulouse, France)
  • Nadine Massard (University of Saint-Etienne, France)
  • Benjamin Montmartin (University of Saint-Etienne, France)
  • Pierre Triboulet (University of Toulouse, France)
  • Jérôme Vicente (University of Toulouse, France) 
  • Stephane Virol (Bordeaux IV University, France)

Partenaires EuroLIO

  • Edward Bergman (Vienna University, Austria)
  • Andrea Bonaccorsi (University of Pisa, Italy)
  • Ron Boschma (Utrecht University, The Netherlands)
  • Stefano Breschi (University of Bocconi, Italy)
  • Thomas Brenner (University of Marburg, Germany)
  • Benoît Buisson (INSEE, France)
  • Koen Frenken (Eindhoven University, The Netherlands)
  • Simona Iammarino (London School of Economics, UK)
  • Stephane Lhuillery (Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, Suisse)
  • Mario A. Maggioni (Catholic University, Milan, Italy)
  • Valérie Mérindol (OST, France),
  • Rosina Moreno (University of Barcelona, Spain)
  • Philip McCann (University of Groningen, The Netherlands)
  • Stefano Usai (University of Cagliari, Italy)
  • Attila Varga (University of Pécs, Hungary)

 

Membres du comité scientifique

 

Membres du comité scientifique :

  • Bjorn Asheim (Lund University,Sweden)
  • David Audretsch (Indiana University, USA)
  • Corinne Autant-Bernard (University of Saint-Etienne, France)
  • Joaquin M. Azagra-Caro (INGENIO, Spain)
  • Edward Bergman (Vienna University, Austria)
  • Pascal Billand  (University of Saint-Etienne, France)
  • Andrea Bonaccorsi (University of Pisa, Italy)
  • Ron Boschma (Utrecht University, The Netherlands)
  • Stefano Breschi (University of Bocconi, Italy)
  • Thomas Brenner (University of Marburg, Germany)
  • Benoît Buisson (INSEE, France)
  • Roberta Capello (Milano, Italy)
  • Uwe Cantner (Jena University, Germany)
  • Christophe Carrincazeaux (Bordeaux IV University, France)
  • Nicolas Carayol (Bordeaux IV University, France)
  • Maryann Feldman (University of North Carolina, USA)
  • Koen Frenken (Eindhoven University, The Netherlands)
  • Danielle Galliano (INRA, Toulouse, France)
  • Johannes Gluckler (Heidelberg, Germany)
  • Jean Alain Heraud (University of Strasbourg, France)
  • Caroline Hussler (University of Strasbourg, France)
  • Simona Iammarino (London School of Economics, UK)
  • Julie Le Gallo (University of Franche Comté, France)
  • Stephane Lhuillery (Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, Suisse)
  • James LeSage (Texas State University, USA)
  • Rachel Levy (University of Toulouse 1, France)
  • Francesco Lissoni (Bordeaux IV University, France)
  • Mario A. Maggioni (Catholic University, Milan, Italy)
  • Gunther Maier (Vienna University, Austria)
  • Nadine Massard (University of Saint-Etienne, France)
  • Valérie Mérindol (OST, France)
  • Philip McCann (University of Groningen, The Netherlands)
  • Rosina Moreno (University of Barcelona, Spain)
  • Raffaele Paci(University of Cagliari Italy)
  • Olivier Parent (University of Cincinnati, USA)
  • Anne Plunket (Paris-Sud University, France)
  • Javier Revilla Diez (Leibnitz University of Hannover)
  • Marielle Riché (DG regio)
  • Pascale Roux (Bordeaux IV University, France)
  • Thomas Scherngell (Vienna University, Austria)
  • Jordi Surinach (University of Barcelona, Spain)
  • Stefano Usai (University of Cagliari, Italy)
  • Attila Varga (University of Pécs, Hungary)
  • Jerôme Vicente (University of Toulouse 1, France)

 

Programme

   

Traduction simultanée en Français et Anglais des sessions plénières, des tables rondes et des sessions parallèles se déroulant dans le grand amphi. 

 

Cérémonie d’ouverture :

  • Maurice Vincent (Sénateur-Maire de Saint-Etienne, Président de Saint-Etienne Métropole).
  • Marc Challeat (Secrétaire Général pour les Affaires Régionales de la Préfecture de Région Rhône-Alpes).
  • Laurent Beauvais (Président de la Commission Enseignement Supérieur Recherche et Innovation de l'Association des Régions de France, Président du Conseil Régional Basse Normandie).
  • Joaquim Oliveira-Martins (Directeur de la division Politique de développement régional, OCDE) 

 
 

Conférences d'ouverture :

  • Prof. Philippe Aghion (Université de Harvard), conférence d'ouverture 

 

Conférences plénières :

  • Prof. David D. Audretsch (Université d'Indiana) 
  • Prof. Maryann P. Feldman (Université de Caroline du Nord) 

 

Tables rondes :

  • Agences nationales et régions : Régionalisation des indicateurs 
  • Evaluation des politiques d'innovation : Effets territoriaux 
  • Les politiques régionales : Débat autour du concept de "Smart specialisation"

 

Sessions parallèles :

  • Près de 80 communications analysant la géographie de l'innovation et les politiques d'innovation locale.

 

Clotûre :

  • en présence de Jean Louis Gagnaire (Député de la Loire, Vice-Président du Conseil Régional Rhône-Alpes).

 

Tables rondes

   

PROGRAMME DES TABLES RONDES

 

Langues : anglais et français avec traduction simultanée

 

Jeudi 26 janvier 17H.00 – 18H.30

La régionalisation des indicateurs d’innovation : besoins et enjeux

L’analyse des dynamiques localisées d’innovation par les chercheurs tout comme la conception, le suivi et l’évaluation des politiques à différents niveaux territoriaux créent des besoins importants  d’indicateurs localisés d’innovation. Quels sont ces principaux besoins et comment s’expriment-ils aujourd’hui ? Quelles sont les principales initiatives et avancées dans le domaine ? Où peut-on situer les principaux enjeux pour l’avenir : - en termes de qualité des mesures, d’utilisation des indicateurs et d’articulation entre chercheurs, producteurs de données et acteurs publics européens, nationaux et territoriaux ?

Intervenants : 

Odile BOVAR (Conseillère, responsable de l’Observatoire des Territoires, DATAR, France)

Roberta CAPELLO (Professeur d’Economie Régionale, Politecnico of Milan, Italie)

Lionel DOISNEAU (INSEE, France)

Didier HOUSSIN (Président de l’Agence d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur, France)

Michael RALPH (Conseiller spécial auprès du directeur général de la DGRegio, Commission Européenne) 

 

 

Vendredi 27 Janvier – 16H45 – 18H15

L’évaluation des politiques d’innovation – Effets territoriaux

De nombreuses politiques publiques de soutien à l’innovation comportent des dimensions territoriales importantes. Les méthodologies et pratiques d’évaluation ont récemment fortement progressées et sont capables de fournir un certain nombre de résultats fondamentaux concernant les instruments nationaux d’aide à la R&D. Cependant, bien que le montant des ressources allouées soit parfois très important, on connaît encore peu l’impact réel de ces politiques au niveau territorial. De plus, l’évaluation des politiques publiques d’innovation qui englobent l’aide à la R&D dans des visions plus complètes de la dynamique des éco-systèmes d’innovation territoriaux n'en est encore qu’aux balbutiements. Pourquoi est-il important d’introduire la dimension territoriale dans les pratiques d’évaluation des politiques d’innovation ? Quels sont les enjeux pour les décideurs publics aux différents niveaux d’intervention ainsi que pour les acteurs de l’innovation eux-mêmes ? Quelles sont les principales difficultés rencontrées et les perspectives ouvertes dans ce domaine ?

Intervenants : 

Philippe LARRUE (Evaluateur, OCDE) 

Jacques MAIRESSE (Chercheur CREST, MERIT-UNU)

Philippe MONFORT (Policy analyst, Commission Européenne, DGRegio)

Frédérique SACHWALD (Chef du département Politiques d'incitation à la R&D des entreprises
 Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, France)

Un représentant d’un pôle de compétitivité

 

 

Samedi 28 Janvier – 11H45-13H15

Les politiques régionales européennes – les stratégies de « smart specialisation »

Les débats concernant les orientations des politiques régionales sont animés aujourd’hui dans le contexte européen notamment dans le cadre de la stratégie Europe 2020 et de la définition du contenu de la nouvelle politique de cohésion (après 2014) qui fera du développement régional un élément moteur d’une croissance « intelligente, durable et inclusive » (http://ec.europa.eu/europe2020/index_fr.htm). Une partie des débats se focalisent sur le concept de « smart specialisation » : stratégie porteuse pour les uns, qui aurait le mérite de permettre le développement des régions les plus en retard tout en évitant le saupoudrage des moyens et la dispersion des ressources ; stratégie dangereuse pour les autres qui comporterait des risques d’enfermement non négligeables pour les régions fortement spécialisées dans des secteurs offrant de faibles opportunités. Que recouvrent exactement les stratégies de « smart specialization » lorsqu’elles sont appliquées au niveau régional ? Comment les intervenants de cette table ronde appréhendent-ils les opportunités et risques d’une telle approche dans leur propre contexte d’intervention ?

Intervenants :

Martin ANDERSSON (Professeur, CIRCLE, Université de Lund, Suède)

Jean Louis GAGNAIRE (Député de la Loire, Vice-Président Région Rhône-Alpes, France)

Xabier GOENAGA (Chef de l’Institute for Prospective Technological Studies –JRC, Seville)

Philip McCANN (Professeur, Université de Groningen, Pays Bas)

Eduardo TOMAS (Région de Valence, Espagne)